mercredi, 26 juin 2019 10:30

Dossier action sociale

Évaluer cet élément
(0 Votes)

2019 04 16 Dossier Action Sociale

Le dossier action sociale avec la mise à jour : taux 2019 des prestations interministérielles d’action sociale à réglementation commune et des prestations pour séjours d’enfants au bénéfice des agents des directions départementales interministérielles (DDI).

Brochure remise à jour le 21 mars 2019 avec tous les nouveaux établissements d'enseignement agricole ayant droit à des prestations.

Mise à jour du 26 juin : fiche 3.2 "Aide à la scolarité"

 

Cliquer sur le document pour lire la suite ou télécharger

lundi, 24 juin 2019 10:08

CR CHSCT-M du 18 juin 2019

Évaluer cet élément
(0 Votes)

LogoCHSCTL’UNSA était représentée par Erwann COPPERE et Martine HARNICHARD


Suite aux différentes demandes des organisations syndicales, le Président a validé la tenue d’un CHSCT-M extraordinaire en septembre avec comme sujet principal l’enseignement agricole.


Sur les questions formations demandées par l’UNSA, Monsieur SOLER a répondu favorablement à notre sollicitation. Des formateurs internes et des Inspecteurs santé au travail formeront les membres de cette instance. Le programme est en cours d’élaboration pour répondre à la spécificité de la commande. La formation se fera sur 3 jours début novembre. Pour la formation des élus commissions de réforme, le programme doit être défini et sera étudié prochainement.


L’UNSA rappelle que les membres CHSCT/CHSCT-REA/CoHS, ayant été désignés en décembre 2018, doivent suivre une formation de trois jours même si ce n’est pas leur premier mandat. Pour mettre en place ces formations, vous pouvez vous rapprocher de votre responsable local de formation.


ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


Un gros travail de médiation a eu lieu à l’Ecole Nationale vétérinaire de Toulouse qui a mené ses fruits et l’ambiance de travail est sur le chemin de l’apaisement.


Par contre, pour ONIRIS, pas de solution trouvée en interne. La solution alternative retenue pour le moment est le réseau ANACT/ARACT PAYS de LOIRE. L’ARACT Aquitaine est chargée de mettre en œuvre ce dispositif. Celui-ci correspondrait aux attentes des différents partenaires et les organisations syndicales de cette structure. Il repose sur l’adhésion volontaire des différentes parties.


ENSEIGNEMENT AGRICOLE


Une demande de révision est faite concernant l’arrêté du 27 décembre 2010 approuvant le référentiel national d'équivalences horaires établi en application du II de l'article 6 du décret n° 92-171 du 21 février 1992 modifié portant statuts particuliers des corps d'enseignants-chercheurs des établissements d'enseignement supérieur publics relevant du ministre chargé de l'agriculture qui définit les modalités de conversion en heure d’enseignement. Ce sujet sera à l’ordre du jour du CHSCT extraordinaire.


L’impact sur les conditions de travail dans les EPLEFPA des réformes de l’apprentissage, des baccalauréats technologique et général de l’enseignement agricole et du rehaussement des seuils de dédoublement a été évoqué par M Hervé ARNOT-CHANAL de la DGER. Selon lui, la réforme du relèvement des seuils permettra de redonner de l’autonomie à l’établissement. La réforme se fait en fonction des maquettes pédagogiques en relevant les seuils de 3 unités. Cela permettra de donner davantage pour les matières optionnelles. La dotation sera relevée de 60 % en élargissant le périmètre. Les conditions d’autonomie et les moyens pour respecter l’apprenant et l’enseignant sont donc au cœur des préoccupations de cette réorganisation...lire la suite et télécharger le doc en pdf

Évaluer cet élément
(0 Votes)

2018 02 20 Abattoir36Représentaient l'UNSA : Martine HARNICHARD, Franck GARRIGUES et Alain BOUNHOURE

Ce deuxième groupe de travail a porté sur les trois derniers axes proposés par l'étude OMM.


Axe 4 : renforcer la formation et optimiser les recrutements


Renforcer la formation des vétérinaires officiels (VO)


Il est prévu de renforcer le volet formation consacré à la gestion des équipes et au management pour les vétérinaires officiels cadre de proximité notamment pour les non titulaires pas toujours au fait du contexte administratif.
Un dispositif de tutorat a été mis en place en 2018 à la prise de poste des sorties de l'ENSV. Ce dispositif sera reconduit.
L'UNSA attire l'attention sur l'intérêt de généraliser ce dispositif à toutes les prises de postes même pour les VO non titulaires.


Renforcer la formation initiale et continue des techniciens titulaires :


La formation des T1 va passer de 6 à 16 semaines à compter de la rentrée prochaine, ils seront accueillis à l'INFOMA en deux groupes, le premier en septembre 2019 et le second en janvier 2020.
Le but est de leur assurer une meilleure formation, un régime indemnitaire sera prévu pour compenser les frais occasionnés par cette durée de présence obligatoire.
La formation continue devra être orientée sur les aspects pratiques du métier (exemple lésions) et organisée en région. Un travail est engagé sur la mise à jour des référentiels métiers, des mallettes de formation et la mise en place d'un tutorat.
Les tuteurs pourront s'appuyer sur un vade-mecum générique d'inspection en abattoir.
L'UNSA propose que la mission de tuteur soit reconnue et valorisée dans la fiche de poste et dans la cotation RIFSEEP.


Optimiser les recrutements


Le PrAB (préparation aux concours de catégorie A et B) constitue une des voies de recrutement des techniciens. Ce dispositif a permis à 7 agents recrutés sur critères sociaux en 2019 de se présenter au concours après une préparation en alternance entre un poste en abattoir et l'INFOMA. Ce dispositif est en cours d'évaluation avant sa reconduction en 2020.

 

Lire la suite et télécharger le document en pdf

Évaluer cet élément
(0 Votes)

logo guyaneL’UNSA était représentée par Martine HARNICHARD, Emilie CERISIER et Pierre MERCIER


Ce deuxième groupe de travail, présidé par Anne CROZAT, Olivier DENAIS, en audioconférence avec Dominique PELISSIER, IGAPS pour la Guyane, visait à préciser les conditions de la réorganisation des services de l’Etat en Guyane.


Rappel du contexte


En réponse à la crise sociale de 2017, le chef de l’Etat s’était engagé à :


Créer cinq nouveaux services déconcentrés interministériels en Guyane. Le Premier Ministre Edouard PHILIPPE l’a fait savoir dans une lettre du 28 janvier 2019. Cela répond à la demande de transformation de l’administration de l’Etat en Guyane.


Améliorer l’attractivité des postes en Guyane et renforcer l’action de l’Etat. Le Nord de la Guyane est en boom démographique, il faut donc un rééquilibre des services de l’Etat.


Circulaire du 28 janvier 2019 : matrice pour la réforme. Basée sur le droit à l’expérimentation, elle fixe les différents objectifs, l’administration précise que cette réforme est spécifique à la Guyane et ne sera pas reproduite dans les autres DOM.


Selon l’administration, l’objectif de cette réforme est de renforcer aussi la présence de l'Etat dans l'ouest guyanais à Saint-Laurent du Maroni. Tous ces nouveaux services seront créés par décret. Le Premier Ministre précise que les crédits d’interventions des différents ministères mobilisés pour la Guyane dans le cadre du contrat de convergence et de transformation, seront réunis dans une enveloppe unique à l’image de ce qui existe depuis une décennie pour le soutien de l’Etat à la Corse.


Réorganisation


Un organigramme a été présenté dans des groupes de travail (Ministère de l’Intérieur et DGEA, MTES, MAA, ARS, Finances, Culture, Jeunesse et Sport, enseignement, COPIL mené en visioconférence avec les services de l’Etat en Guyane).


Cinq Directions de l’Etat seront dirigées par le Préfet et le SG délégué au service :
- Coordination Territoriale des Contrôles.
- Direction de la Sécurité.
- Direction des Terres et de la Mer.
- Direction des Populations.
- Direction des moyens et ressources de l’Etat. Pôle de compétence.

 

Lire la suite et télécharger le document en pdf

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Page 8 sur 71