Évaluer cet élément
(0 Votes)

sriasDeux sujets importants ont été traités :

L’évolution des sections régionales interministérielles d'action sociale (SRIAS) en particulier dans les nouvelles régions

En bref :

  • jusqu’à la fin 2016 : pas de changement prévu ;
  • à partir du 1er janvier 2017 : une seule SRIAS de 13 membres avec un ou plusieurs vice-président (s) ;
  • à partir de janvier 2019 : une réorganisation avec des vice-présidents en fonction de la taille des régions ;
  • le 26 mai 2016 : un nouveau groupe de travail prévu.

Le budget 2016 et l’évolution éventuelle des prestations d’action sociale interministérielle

  • l’enveloppe budgétaire est de 120 millions d’euros. La DGAFP prévoit une surconsommation de 5 millions, mais cela reste à confirmer ;
  • il n’y a pas eu d’arbitrage pour revaloriser les barèmes actuels des prestations, malgré la demande de l’UNSA.

Par ailleurs, les plafonds de ressource de l’aide au maintien à domicile pour les retraités (AMD) ont été très légèrement revalorisés suite à un nouvel arrêté du 21 avril 2016.

vendredi, 20 mai 2016 21:49

Télétravail : un guide pour vous aider

Évaluer cet élément
(0 Votes)

guide teletravail fpLe cadre réglementaire du télétravail, issu du décret n° 2016-151 du 11 février 2016 relatif aux conditions et modalités de mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique et la magistrature, a été construit en concertation avec les employeurs et les représentants des personnels des trois versants de la fonction publique. Il s’inspire des nombreuses expérimentations conduites dans le secteur public.

Jamais imposé, toujours réversible, le télétravail permet à l’agent de mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Pour l’administration, il s’agit d’adapter les modes de management et de construire de nouveaux collectifs de travail, centrés sur les résultats et la qualité. C’est l’opportunité d’adapter les modes de management à la réalité des rapports professionnels et de recentrer la relation hiérarchique sur les résultats et la qualité du travail accompli.

Bien sûr, ces changements ne vont pas d’eux-mêmes et il faut accompagner les agents et les encadrants pour préparer ces évolutions dans le dialogue et la confiance.

Telle est la vocation du guide élaboré par la DGAFP : expliciter les textes et les obligations légales et réglementaires, mais au-delà, accompagner et conseiller au mieux les services, en présentant des recommandations, des bonnes pratiques, qui sont autant de conditions de réussite de la mise en œuvre du télétravail.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Agression1La prévention des incidents vise à identifier les risques liés aux mission des services, en particulier les activités de contrôle ou de visite sur le terrain. Le signalement, par leurs structures d'appartenance, de toutes les agressions dont sont l'objet les agents du MAAF, qu'ils soient en situation de contrôle ou pas, est une obligation.

Ce signalement conditionne la mise en oeuvre, par le Service des ressources humaines du Secrétariat Général, de l'accompagnement des agents, ainsi que la préconisation par le CHSCTM de mesures de prévention adaptées.

 

Note de service SG/SRH/SDDPRS/2016-336 du 20 avril 2016

Évaluer cet élément
(0 Votes)

egalite fp cadreLa circulaire du 11 avril 2016, relative à l’application du décret n° 2012-601 du 30 avril 2012 modifié relatif aux modalités de nominations équilibrées dans l’encadrement supérieur de la fonction publique, a pour objet de préciser les modalités de mise en œuvre du dispositif des nominations équilibrées entre femmes et hommes sur les emplois dirigeants et supérieurs de la fonction publique résultant des dispositions combinées de la loi n° 2012-347 du 12 mars 2012 relative à l'accès à l'emploi titulaire et à l'amélioration des conditions d'emploi des agents contractuels dans la fonction publique, à la lutte contre les discriminations et portant diverses dispositions relatives à la fonction publique et de la loi n° 2014-873 du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes :

  • les emplois et les agents concernés,
  • le calcul de l’objectif chiffré de nominations de personnes du sexe le moins représenté,
  • la contribution financière éventuelle dont l’employeur doit s’acquitter en cas de non-respect de cette obligation,
  • les circuits de déclaration pour chacun des versants de la fonction publique.

La circulaire comporte également en annexe les modèles de formulaires déclaratifs à disposition des employeurs. 

vendredi, 15 avril 2016 16:42

CTM du 14 avril 2016

Évaluer cet élément
(0 Votes)

CTM14 04 16Le CTM s'est réuni le 14 avril 2016 sous la présidence de Valérie METRICH HECQUET, Secrétaire Générale du MAAF (SG). L'ordre du jour était le suivant :
Présentation du plan d'accompagnement des services d'économie agricole (SEA).
Présentation de la politique forestière.
Point d'information sur les chantiers en cours (réforme régionale, CPCM, CCRF/services vétérinaires).
L'UNSA était représentée par Philippe COSTA et Philippe CORDELETTE (expert).

 

COMMENTAIRE DE L’UNSA
Indépendamment des sujets traités lors de ce CTM, nous avons insisté sur la dégradation du climat et des conditions de travail dans certains services. A cet effet, nous avons remis à la Secrétaire Générale, la synthèse d'une vingtaine de comptes rendus de CT et CHSCT locaux.
S'agissant des SEA, si nous reconnaissons un effort sur les moyens pour renforcer les SEA pendant la campagne PAC, le plan d'accompagnement soumis au débat doit maintenant entrer dans sa phase opérationnelle. Maintenant c'est au niveau central (ASP-DGPE) de prendre et d'assumer leurs responsabilités. L'UNSA y veillera.
S'agissant de la réorganisation budgétaire du BOP 333, la Secrétaire Générale nous a laissé entendre, au cours du débat, la possibilité de créer des UO par service qui garantirait l'autonomie de gestion des directeurs. Pour autant, sur la question du renforcement des ETP dans les secrétariats généraux des DDI, la Secrétaire Générale a botté en touche. Ce que nous regrettons vivement.
S'agissant de l'annonce du Ministre chargé de l'Agriculture sur l'inspection générale dans l'ensemble des abattoirs, Patrick Duhaumont, DGAL a insisté sur le fait qu'il n’était nullement question de viser les personnels vétérinaires, car les installations et le respect des normes sont de l'entière responsabilité des industriels abatteurs. L'inspection générale n'a que pour seul objectif de relever un état des lieux des installations et du respect des normes.
S'agissant de la nouvelle organisation de la CCRF/Services vétérinaires, nous avons clairement rappelé à la Secrétaire Générale que nous avons un "Plan B" pour sortir de cet imbroglio organisationnel des services.
Malgré l'ensemble des annonces, qui sont des avancées, nous constatons une grande lassitude des agents vis-vis des réformes successives sans vision stratégique. Le dialogue social n'est pas à la hauteur dans certains services.

Lire l'intégralité du CR du CTM du 14 avril 2016

Page 69 sur 71