Évaluer cet élément
(0 Votes)

2019 10 07 RetraiteLors du Conseil Commun de la Fonction Publique réuni le 3 octobre sous la Présidence d’Olivier Dussopt et de Jean-Paul Delevoye, l’UNSA a rappelé la promesse rassurante écrite aux agents publics par le candidat, futur Président de la République : « Nous ne ferons pas d’économie sur les retraites des fonctionnaires »

Alors que le calcul de la pen­sion des fonc­tion­nai­res sera pro­fon­dé­ment modi­fié par la mise en place du régime uni­ver­sel, l’UNSA Fonction Publique a réaf­firmé la néces­sité :

D’une transition longue afin de garantir aux fonctionnaires un niveau de pension équivalent à celui d’aujourd’hui et pour permettre de construire les dispositifs compensatoires indispensables
D’une ouverture rapide de discussions spécifiques à la fonction publique qui concerne 5 millions d’agents, fondées sur l’étude de simulations réelles et précises, nécessaire à la fois pour rassurer et pour expliquer.

L’UNSA Fonction Publique a rap­pelé que de nom­breux éléments du statut de la fonc­tion publi­que étaient concer­nés par cette réforme d’ampleur pour la fonc­tion publi­que. En effet, tout le sys­tème actuel de rému­né­ra­tion des fonc­tion­nai­res est bâti sur une pro­gres­si­vité des grilles indi­ciai­res pour abou­tir au calcul de la pen­sion, fondé sur l’indice des six der­niers mois.

L’UNSA Fonction Publique a rap­pelé que le ser­vice actif répon­dait à des situa­tions de dan­ge­ro­sité ou de péni­bi­lité impor­tan­tes et qu’il devra être abso­lu­ment garanti.

L’UNSA Fonction Publique a demandé que l’ensem­ble des ouvriers d’Etat, des contrac­tuels et des fonc­tion­nai­res soient très rapi­de­ment ras­su­rés. C’est main­te­nant au gou­ver­ne­ment d’ouvrir, dans la fonc­tion publi­que des dis­cus­sions pour cons­truire son nou­veau sys­tème de retraite qui devra être juste pour l’ensem­ble des agents publics.

 

Paris le 3 octo­bre 2019, Luc Farré pour l'UNSA Fonction Publique

Évaluer cet élément
(0 Votes)

2019 04 24 LOGO PAC EUL’UNSA était représentée par Jérôme CHAUR, Emilie CERISIER


Ce groupe de travail s’est tenu dans la continuité d’un RETEX initié en 2016. L’administration a dès le départ affiché ses maigres ambitions :


• Faire un point d’avancement sur le plan d’accompagnement des SEA ;
 Présenter le Plan de Performance PAC (PPP).


Pas de retour d’expérience des mesures, aucune évaluation sur l’amélioration des missions en SEA. Bref, un point d’information plus qu’un réel retour d’expérience.

Toutes les Organisations syndicales ont vivement critiqué la méthode de ce RETEX :
• Pas de documents transmis avant la réunion ;
 Pas de retour d’expérience présenté mais avant tout un bilan d’étape des mesures.

Lire la suite et télécharger le document en pdf

Télécharger la présentation de l'ASP : Plan Performance PAC - Point d’étape - Retour d’expérience PAC en SEA

Télécharger la présentation du MAA : Point sur la mise en œuvre du plan d'accompagnement SEA

Évaluer cet élément
(0 Votes)

logo Agrifor 2k19Ce matin, Didier GUILLAUME, Ministre de l’Agriculture, est venu présenter devant les organisations syndicales du Comité Technique Ministériel le projet de la loi de finance 2020 pour le ministère. Projet débattu le jour même en Conseil des Ministres.


Beaucoup de chantiers sont en cours actuellement, il est conscient des difficultés que cela engendrent. Etre sur tous les fronts en même temps est complexe. Lire la déclaration liminaire : Alerte sur la forêt française !


La loi EGALIM n’a pas permis à ce jour d’avoir l’effet escompté et les agriculteurs ont toujours un revenu insuffisant.
Le budget PAC est en discussion et risque de baisser avec le départ de l’Angleterre.
Le Ministre reconnait la défaillance de l’Etat pour le paiement des aides PAC mais salue le travail colossal des agents qui a permis d’épurer presque tous les dossiers.


Le sujet du BREXIT (lire la déclaration intersyndicale sur le Brexit) est très important et le Ministère suit de très près son évolution. Pour preuve le Projet de Loi de Finances 2020 prévoit le recrutement de 320 ETP.


La transition écologique est au cœur des préoccupations, mais très difficile à mettre en place.
Pour le Ministre l’avenir de l’enseignement agricole est un sujet majeur. Cette année les effectifs sont en hausse de plus de 500 apprenants ce qui est une première depuis 10 ans. Lire la suite...et télécharger le document en pdf

Télécharger le PLF 2020 pour le MAA

Évaluer cet élément
(0 Votes)

arton1013L’UNSA était représentée par Gwendoline PROSPER, Emilie CERISIER, Alain STEUX, Nicolas MARTEL et Catherine STEPHANE.


Cette réunion qui s’est tenu le 18 septembre 2019 était présidé par Sophie DELAPORTE, Secrétaire Générale du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Comme l’a annoncé la Secrétaire Générale en préambule, il n’était pas question d’une négociation / concertation mais bien d’une information sur les différents chantiers dans le cadre d’Action Publique 2022 pour la mise en place de groupes de travail dédiés avec un agenda spécifique pour chaque chantier.

 

Lire la suite...et télécharger le document en pdf

Évaluer cet élément
(0 Votes)

AlimentationPar lettre de mission du 18 avril 2019 des Ministres de la Solidarité et de la Santé, de l'Agriculture et de l'Alimentation, de l’Économie et des Finances, et de l’Intérieur, des inspecteurs généraux ont été mandatés pour engager une réflexion sur les améliorations possibles de l’organisation des contrôles en matière de sécurité sanitaire des aliments.


Sur demande expresse de L’UNSA, les membres de la mission inter-service ont pu entendre, le vendredi 6 septembre 2019, des représentants de l'UNSA AAF et de l'UNSA CCRF sur la thématique concernée.


Cette audition a été conduite par :
• Mme THEVENON LE MORVAN Françoise – CGAER,
• M. CAILLOT Laurent – IGAS,
• M. GUDEFIN Philippe – IGF.


Ont participé pour l’UNSA :
• Martine HARNICHARD,
• Alain BOUNHOURE,
• Emilie CERISIER,
• Romain GUILLONNET.


En préambule, L’UNSA rappelle qu’elle regrette le défaut de dialogue social au moment de la création des DD(CS)PP dans le cadre de la RGPP et l’absence d’une véritable revue de l’ensemble des missions exercés au sein des DD(CS)PP notamment dans le champ commun de la sécurité sanitaire des aliments.
Nous avions alerté sur les disparités d’organisation des DD(CS)PP, signe d’une réticence des ministères de s’engager pleinement dans la création des Directions Départementales Interministérielles.


Ce défaut de dialogue social et l’absence d’un véritable mode d’organisation des DD(CS)PP a conduit par ailleurs à de fortes réticences de bon nombre d’agents.
Les trois scénarios proposés à minima à l’étude par la lettre de mission sont :
1. Création d’une nouvelle entité (Agence).
2. Modification des périmètres de chaque administration (Ministère Agriculture, Ministère Finances).
3. Délégation de certains contrôles (exemple : contrôle hygiène en remise directe et redevance auprès des opérateurs).

Lire la suite...

Page 4 sur 74