mercredi, 16 octobre 2019 10:03

Revalorisation des frais de repas

Évaluer cet élément
(0 Votes)

2019 10 16 Revalorisation frais de repasLes remboursements de repas pour les agents en mission sont revalorisés au 1er janvier 2020. Pour l’UNSA Fonction Publique, cette augmentation laisse encore à charge des sommes importantes aux agents, d’autant qu’elle n’est pas accompagnée d’une revalorisation plus générale des rémunérations.


Lors du rendez-vous salarial de juillet 2019, le gouvernement avait annoncé la revalorisation des remboursements de frais de repas pour les agents en mission au 1er janvier 2020.


L’arrêté modifiant les tarifs pour 2020 est paru au JO du 12 octobre.


Le taux de remboursement est fixé à 17,50 € pour l’ensemble du territoire, y compris les DROM ainsi que St Pierre et Miquelon, St Martin et St Barthélemy.


Il est inchangé à 21 € ou 2 506 F CFP pour la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et la Polynésie Française.


C’est un nouveau pas en avant, mais l’UNSA Fonction Publique ne considère pas ces évolutions comme pleinement satisfaisantes car les restes à charge des personnels de l’État se déplaçant pour des missions ou de la formation restent importants.

 

Télécharger le document en pdf (Arrêté du 11 octobre 2019 en page 2)

mercredi, 16 octobre 2019 09:43

GIPA 2019 : le décret est publié

Évaluer cet élément
(0 Votes)

2019 10 16 GIPA2019Le Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics avait annoncé, à l’occasion du rendez-vous salarial du 2 juillet, la reconduction du dispositif de garantie individuelle du pouvoir d’achat (GIPA) en 2019, répondant à une exigence de l’UNSA Fonction publique.


L’UNSA Fonction Publique avait demandé sa mise en œuvre effective pour les agents concernés avant la fin de l’année. L’UNSA Fonction Publique met à disposition des agents une calculette permettant de vérifier leurs droits. Cette calculette est disponible sur le site de l’UNSA FP, à l’adresse suivante :


https://www.unsa-fp.org/?GIPA-2019-le-decret-est-publie


La GIPA au titre de 2019 résulte d’une comparaison entre l’évolution du traitement indiciaire brut et de l’indice des prix à la consommation, sur la période de référence du 31 décembre 2014 au 31 décembre 2018.


Si votre traitement indiciaire brut a évolué moins vite que l’inflation, une indemnité correspondant à la « perte de pouvoir d’achat » vous est due !

 

Les éléments retenus pour le calcul de la GIPA 2019 sont les suivants :


· Taux de l’inflation : + 2,85 %.
· Valeur moyenne du point en 2014 : 55,5635 euros.
· Valeur moyenne du point en 2018 : 56,2044 euros.


Pour l’UNSA Fonction Publique, c’est l’augmentation de la valeur du point d’indice qui doit garantir le pouvoir d’achat de tous les agents publics ! (et non les avancements individuels d’échelon ou de grade, et au besoin une indemnité qui compense individuellement la baisse du pouvoir d’achat).

 

Lire la suite et télécharger le décret n° 2019-1037 du 8 octobre 2019 modifiant le décret n° 2008-539 du 6 juin 2008 relatif à l’instauration d’une indemnité dite de garantie individuelle du pouvoir d’achat

mercredi, 16 octobre 2019 09:35

CIAS : toujours de la sous-consommation !

Évaluer cet élément
(0 Votes)

2019 10 16 LOgoUNSAFPUne nouvelle fois, les crédits de l’action sociale interministérielle ne seront pas dépensés en totalité en 2019.


L’UNSA Fonction Publique a regretté, lors de la séance du CIAS du 8 octobre 2019, la mise en place tardive du CESU 0-6 ans. Elle a aussi rappelé des pistes pour que ce budget soit utilisé complètement au profit des agents.


Un point budgétaire a été fait lors du CIAS du 8 octobre.


La sous consommation du budget de l’action sociale est chronique : l’intégralité du budget ne sera pas dépensée en 2019 au détriment des agents !


 La prestation Chèques-Vacances est en recul avec 6 000 bénéficiaires de moins (représentant un million d’euros par rapport aux prévisions).
 Le CESU 0-6 ans est moins demandé (une baisse de 5000 agents concernés entraînant 4 millions d’euros non utilisés). L’UNSA Fonction Publique a rappelé que la mise en place au 1er octobre 2019 de la nouvelle tranche du CESU 0-6 ans aurait permis de se rapprocher de l’objectif budgétaire.
 Même si le nombre de possibilités de réservation de places en crèche a augmenté de 337 cette année, le budget prévu n’est lui aussi pas entièrement consommé !


Seul, le conventionnement sur du logement temporaire dans les zones tendues devrait permettre de réduire la sous consommation en offrant de nouvelles possibilités aux agents.


Point positif, le projet de loi de finances prévoit une augmentation du budget de l’action sociale d’environ 8 millions d’euros. Cependant, pour l’UNSA Fonction publique, ce sera une bonne nouvelle si ce budget est réellement utilisé dans sa totalité en 2020.


L’UNSA Fonction Publique demande à l’administration de l’État plus de volontarisme dans sa politique budgétaire pour l’action sociale, avec des barèmes en hausse pour les Chèques-Vacances ou pour l’aide au maintien au domicile des retraités, par exemple, mais aussi dans sa communication.

Télécharger le document en pdf

Évaluer cet élément
(0 Votes)

VignetteGuidePrefLa mutualisation des secrétariats généraux des préfectures et des directions départementales interministérielles (DDI) s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’organisation territoriale de l’État.


La circulaire du Premier ministre du 12 juin 2019 relative à la mise en œuvre de la réforme de l’organisation territoriale de l’Etat acte le principe du regroupement des programmes 333 « moyens mutualisés des administrations déconcentrées » et 307 « administration territoriale de l’Etat » en un programme unique, le programme 354. Il est inscrit dans le projet de loi de finances de 2020 et sa mise en œuvre est prévue au 1 er janvier 2020. Le programme unique sera géré par la direction de la modernisation et de l’administration territoriale du ministère de l’intérieur. Les objectifs sont de rationaliser les dépenses publiques et de renforcer l’État au niveau départemental afin de rapprocher le citoyen de l’action publique.


Dans cette même instruction il est également décidé de créer des secrétariats généraux chargés des fonctions support communs aux préfectures et aux directions départementales interministérielles entre le 1 er janvier et le 30 juin 2020.


L’ensemble des effectifs contribuant aux fonctions « support » mutualisées, sera regroupé au sein de secrétariats généraux communs et transféré au programme 354. Les principes et le périmètre de leur constitution sont précisés dans la circulaire du Premier ministre 6104/SG du 2 août 2019.


Cette nouvelle structure, à caractère interministériel est conçue pour intervenir au bénéfice des services dont elle regroupe les moyens supports, tout en préservant la capacité de pilotage et de management des directeurs. Elle sera gouvernée par une instance collégiale qui réunira les directeurs concernés autour du préfet de département.


Le présent guide a pour objet de fournir un cadre aux préfigurateurs sur les objectifs de la réforme, les étapes de l’exercice de préfiguration et les outils mobilisables.

 

Télécharger le guide des préfigurateurs

Évaluer cet élément
(0 Votes)

logo Agrifor 2k19L’UNSA était représentée par Martine HARNICHARD, Dominique LE DILY, Jérôme CHAUR, Olivier PIHOU et Gwendoline PROSPER.


Ce groupe de travail s’est tenu pour présenter le plan de requalification pour les quatre prochaines années concernant les catégories C en B et de B en A pour les filières technique, administrative et formation recherche.


A noter que c’est la première fois qu’un plan est présenté pour la requalification des catégories B en A.


Le guichet unique de la DGAFP a donné son aval, jeudi 26 septembre 2019, sur les taux de promotion.
L’administration nous a présenté le nombre de postes envisagés sur les 4 prochaines années.


En préambule, l’administration a précisé que les agents en poste dans les établissements publics ainsi que ceux exerçant dans le futur office de la biodiversité (OFB) sont concernés par ce plan de même que les agents des lycées maritimes (MTES).


L’administration souhaite négocier avec le MTES le nombre dévolu à ces corps en pluriannuel.


L’administration souhaite également procéder à un rééquilibrage quant aux % traditionnels appliqués entre les voies de promotion : liste d’aptitude et examen professionnel (70 % examen professionnel et 30 % liste d’aptitude). Ces variations seront discutées dans les CAP.


Les organisations syndicales sont opposées à ce rééquilibrage. De nombreux collègues exercent déjà des missions de la catégorie supérieure et ont un parcours professionnel méritant. Pour ces agents et ils sont nombreux, l’examen professionnel n’est pas motivant ni une solution. Privilégier la liste d’aptitude permettra à ces collègues de bénéficier d’une promotion pour un service qu’ils rendent déjà.


Cependant, l’examen professionnel permet aux agents qui le souhaitent, d’accélérer leur déroulement de carrière, et ne doit pas non plus être négligé.
Dans le cas de l’examen professionnel, il est nécessaire de rediscuter des conditions de concours écrit et oral. Il y a une uniformisation des épreuves à faire pour tous les corps.

 

Lire la suite et télécharger le document en pdf

Page 3 sur 74