jeudi, 12 décembre 2019 08:59

Des avancées insuffisantes, une ligne rouge inacceptable...!

Évaluer cet élément
(2 Votes)

2019 12 12 RetraitesAprès des mois de ter­gi­ver­sa­tions, le Premier minis­tre vient de dévoi­ler l’archi­tec­ture glo­bale de la réforme des retrai­tes.


Quelques-unes des mesu­res annon­cées aujourd’hui sont à mettre au crédit de notre action, basées sur des pro­po­si­tions de l’UNSA.

 

L’UNSA a défendu l’inté­rêt de l’ensem­ble des sala­rié·es et prend acte des évolutions pro­po­sées :

La première génération concernée par le régime universel sera celle née en 1975. Pour autant, les générations suivantes ne doivent pas être oubliées. Ces 12 années gagnées par rapport au projet initial, à mettre à l’actif de l’action de l’UNSA, laisseront ainsi le temps nécessaire pour améliorer les carrières, les salaires, la qualité de vie au travail de l’ensemble des salariés.
Les salarié·es, né·es à partir de 1975, bénéficieront de 100 % de droits acquis dans l’actuel régime. Ce qui est une garantie indispensable en particulier pour celles et ceux qui y ont déjà accompli une part significative de leur carrière.

De gran­des incer­ti­tu­des per­sis­tent qui éloignent la sortie de la crise.

Sur la Fonction Publique globalement où les annonces ne sont pas à la hauteur, pour la fonction publique hospitalière, territoriale et pour toutes les catégories qui touchent le moins de primes.
Sur les mesures de compensation, en particulier pour les enseignants, l’UNSA considère que les annonces d’une revalorisation et d’une garantie de maintien de pension vont dans le bon sens. Il faudra cependant, avant la fin de semaine, que le voile soit levé sur un démarrage très rapide de négociations, sur le volume financier consacré et sa programmation.
La prise en compte de la dangerosité de certains métiers n’est toujours pas complètement clarifiée
Concernant les régimes spécifiques (RATP, SNCF), le Premier ministre s’il dit avoir entendu la nécessité d’une transition plus longue, renvoie celle-ci à des négociations d’entreprise, sans préciser aucune borne d’âge ni accorder aucune garantie quant au respect du contrat social. Ce flou n’est pas acceptable et ne répond pas aux attentes pourtant claires des salarié·es.
Concernant la pénibilité rien de nouveau. Des négociations sérieuses doivent enfin commencer afin de prendre en compte tous les métiers.

Enfin, la mise en place d’un âge pivot à 64 ans en 2027 avec une montée en charge dès 2022 est pour l’UNSA une ligne rouge.
Nous avions pré­venu qu’il ne fal­lait pas mélan­ger une réforme sys­té­mi­que avec des mesu­res d’équilibre finan­cier. Nous n’avons pas été enten­dus sur ce point. Une contrainte sup­plé­men­taire appa­rait pour les par­te­nai­res sociaux, enjoints d’en défi­nir les détails tech­ni­ques.
Ce n’est pas accep­ta­ble.

Nous pour­sui­vrons nos échanges et notre pres­sion auprès de l’exé­cu­tif afin obte­nir de nou­veaux acquis ou de nou­vel­les garan­ties. Notre méthode mêlant négo­cia­tion et mobi­li­sa­tion va se ren­for­cer. Concernant la mobi­li­sa­tion, nous allons en dis­cu­ter avec nos par­te­nai­res.
Dès à pré­sent, l’UNSA se dirige vers une mobi­li­sa­tion plus glo­bale, y com­pris par la grève dès mardi pro­chain.

Laurent ESCURE
Secrétaire Général de l’UNSA

 

Préavis de grève de l'UNSA Alimentation, Agriculture et Forêts

Lu 471 fois

Laissez un avis ou posez une question

Avant de déposer un avis ou poser une question, merci de consulter la charte "Avis et Questions" en cliquant sur le menu en bas de cette page.