Nouvelles breves1

STravertRL'UNSA était représentée par Philippe COSTA, Pierre MERCIER, Martine HARNICHARD, Guy SIGALA, Jean-Yves MARAQUIN et Thierry BIZEUL.
Stéphane TRAVERT, Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation (MAA) était accompagné de Valérie METRICH HECQUET, Secrétaire Générale, Jean-Pascal FAYOLLE, Chef du SRH, Philippe VINCON, DGER et Hanane BOUTAYEB, Conseillère RH auprès du MAA.
L'UNSA a souhaité adressé trois messages à Stéphane TRAVERT.
UNE CONCERTATION DANS LA TRANSPARENCE
Nous sommes prêts à nous investir dans un espace de concertation avec les membres de votre cabinet sur des sujets importants.
DES RÉFORMES JUSTES, ÉQUILIBRÉES DANS UNE VÉRITABLE CONCERTATION
Vous avez l'impérative obligation de donner du sens à l'action que vous souhaitez conduire dans notre Ministère, car nous observons beaucoup de résignation et de lassitude dans les services fortement impactés par les nombreuses réformes.
LE SUIVI DES ENGAGEMENTS DE LA MANDATURE PRÉCÉDENTE
Nous n'accepterons pas que les agents servent de variable d'ajustement. C'est pourquoi, nous tenons tout d'abord à vous rappeler que le report éventuel du calendrier de montée en charge du PPCR (accord salarial signé par l'UNSA, consacré à la refonte des grilles des catégories A-B-C) évoqué par le Ministre de l'Action et des Comptes Publics serait un très mauvais signe adressé à la communauté de travail. Si tel est le cas, ce sera un casus belli pour l'UNSA !
Au risque d'insister, nous demandons que le Gouvernement respecte les engagements pris par la mandature précédente.

COMMENTAIRES
Les réponses de Stéphane TRAVERT sont restées très évasives à l'exception de deux annonces importantes. Le Ministre a affirmé qu'il n'y aura pas de transfert du 1 er pilier de la PAC vers les Conseils Régionaux ainsi que des ICPE vers le MTES.
Il nous a indiqué que le MAA restera vigilant sur les évolutions organisationnelles et structurelles des DDI et le lien avec les préfectures. Mais, qu'en tout état de cause, le préfet reste le  représentant de la parole de l'Etat dans les départements.
Cependant, rien ne nous interdit, selon le Ministre, d'anticiper. C'est le rôle de l'Etat. Le Ministre justifie son point de vue en insistant sur le fait que le préfet a perdu beaucoup de missions. Ce qui signifie pour l'UNSA l'absorption des DDI, à terme, dans les organigrammes des préfectures.
S'agissant de la situation des abattoirs, le Ministre a indiqué que s'il faut se préoccuper du bien être des animaux, les conditions de travail et le bien être des salariés et des agents des services vétérinaires s'impose également. Les opérations médiatiques de l'Association L214 ne sont là que pour heurter l'opinion publique, sommée de changer diamétralement le mode de consommation, passant de la viande carnée à l'alimentation vegan.
L'UNSA rejoint totalement la position du Ministre.
Le Ministre n'a pas souhaité répondre sur ses intentions relatives au PLF 2018 (carrières des agents et effectifs), ce qui nous inquiète particulièrement.
Quant au PPCR, le Ministre n'a pas souhaité également s'exprimer dès lors que ce dossier relève du Ministre de l'Action et des Comptes Publics. En d'autres termes, le Ministre a préféré botter en touche !
Visiblement le Ministre est sous surveillance du Président de la République et de Bercy.


Vous trouverez, ci-après, le compte rendu complet de cet entretien ainsi que notre argumentaire sur les Etats Généraux de l'Alimentation que nous avons remis au Ministre.

Page 9 sur 13